6 avril 2021 | Une seule et même crise : l’importance de préserver les milieux naturels (ISE)

L’Institut des sciences de l’environnement (ISE) présente :
Une seule et même crise : l’importance de préserver les milieux naturels

Mardi 6 avril 2021, 12h30 à 13h45

Pour visionner la présentation

 

Depuis l’émergence de la COVID-19, plusieurs avancent que la pandémie mondiale qui en a résulté n’est pas simplement une autre crise – qui se superpose à celles de la biodiversité ou du climat, par exemple – mais que nous sommes bien confrontés à une seule et même crise, la plus importante pour l’espèce humaine jusqu’ici.

Quels liens peut-on tisser entre pandémie, crise du climat et crise de la biodiversité? Comment peut-on envisager des actions visant la préservation des milieux naturels et de la biodiversité dans un contexte d’intensification des pressions démographiques, commerciales et d’exploitation des ressources? Le passage vers l’après-COVID et l’évitement d’une « ère des pandémies » doivent-ils nécessairement s’accompagner d’un changement de paradigme global lié au développement? Nos panélistes proposeront leur lecture de ces enjeux et souligneront l’importance de solutions basées sur la nature et intégrant les instances de gouvernance et les communautés locales dans un contexte mondialisé où les rapports de pouvoir et les logiques d’interdépendances s’expriment de manière exacerbée.

Cette conférence-midi est organisée par l’Institut des sciences de l’environnement (ISE), en collaboration avec l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM). Elle s’inscrit dans le cadre de la série inter-instituts 2020-2021 de l’UQAM, intitulée « Habiter le monde ou s’abriter du monde? », portant sur la crise actuelle et destinée à créer des rencontres interpellant différentes expertises, disciplines et épistémologies depuis plusieurs cadrages théoriques et pratiques.

Panélistes :

Catherine Viens est doctorante en science politique à l’UQAM. Elle détient une maîtrise en droit international et politique internationale appliqués de l’Université de Sherbrooke et un baccalauréat en relations internationales de la même université. Ses intérêts de recherche portent sur l’écologie politique féministe et décoloniale, le fédéralisme en Inde et dans le Sud Global, les études critiques du développement, les conflits socio-écologiques, la justice environnementale, ainsi que sur les processus locaux et les institutions locales de gouvernance. À l’IEIM, elle est responsable des projets spéciaux.

Daniel Kneeshaw est professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM. Spécialiste de l’écologie forestière, il est titulaire de la Chaire de recherche stratégique sur la résilience et les vulnérabilités et la résilience des forêts tempérée et boréale aux changements climatiques. Ses recherches s’intéressent notamment à l’aménagement durable des forêts, aux impacts des perturbations et des stress sur la productivité forestière, et au maintien de la biodiversité en milieu forestier.

Mot de bienvenue et animation :

Éric Pineault, professeur au département de sociologie et président du comité scientifique de l’ISE

Une période d’échanges avec le public aura lieu après les présentations.

Cette cinquième conférence est co-organisée par les instituts suivants :